Bien que l’hiver puisse être sec et dur pour les personnes eczémateuses, la chaleur et l’humidité de l’été amènent leur lot de défis. Il peut être difficile de trouver des écrans solaires qui conviennent aux peaux sensibles eczémateuses. La SCE a demandé au Dr Ian Tin Yue Wong de nous donner quelques conseils estivaux.

Se protéger du soleil!

Les écrans solaires peuvent irriter la peau sensible ou eczémateuse, mais il importe tout de même de se protéger contre le soleil. L’évitement du soleil à son plus fort (de 11 h à 16 h), le port d’un chapeau à larges bords et de vêtements longs protecteurs, et le fait de se tenir à l’ombre sont les premières mesures à prendre pour se protéger.

Choisir le bon écran solaire

Il existe deux types d’écrans solaires − les filtres chimiques et les écrans physiques. Les écrans physiques sont ceux généralement recommandés pour les personnes eczémateuses. Il faut rechercher les ingrédients suivants : oxyde de zinc ou dioxyde de titane. Ces écrans solaires créer une barrière physique à la surface de la peau et aident à la protéger en reflétant les rayons solaires dommageables loin de la peau. En général, les personnes eczémateuses préfèrent choisir un écran qui ne contient pas de parfums et qui est à base de crème, car ils sont plus hydratants et moins irritants que les vaporisateurs.

Rester au frais

Il faut éviter les excès de chaleur et la transpiration quand c’est possible, notamment en évitant la période du jour pendant laquelle le soleil est à son plus fort. La climatisation peut aider, et le fait de garder les bébés et les enfants à l’ombre aussi.

Rester actifs

La baignade peut être une bonne activité pour rester au frais tout en étant actifs, mais il ne fait pas oublier de se rincer après la baignade et d’appliquer un hydratant dès que possible après la douche ou le bain. Il ne faut pas oublier de réappliquer l’écran solaire toutes les deux heures quand on se baigne à l’extérieur.

Le Dr Ian Tin Yue Wong est un résident en dermatologie à l’Université de la Colombie-Britannique ou il entreprendra un programme intensif de formation avancée en médecine et en chirurgie sur cinq ans abordant la prévention, la reconnaissance et le traitement des maladies touchant la peau, les cheveux et les ongles. Avant d’étudier la médecine, il a étudié et pratiqué la pharmacie. Aujourd’hui, il intègre ses connaissances pharmacologiques et pharmaceutiques à son savoir médical afin d’optimiser les soins médicaux prodigués aux patients atteints de problèmes cutanés.