Demandez à un médecin

Q : Est-ce que le yoga et la méditation peuvent atténuer l’eczéma?

R : La SCE a demandé à la Dre Mamta Jhaveri, dermatologue et experte en matière d’eczéma, si selon elle le yoga et la méditation avaient leur place dans le soin de cette maladie. La Dre Jhaveri est non seulement une dermatologue praticienne et une chercheuse, elle est aussi une instructrice de méditation et une ancienne professeure de yoga. Elle nous donne son point de vue sur les effets que peuvent avoir le yoga et la méditation chez les personnes eczémateuses.

Comment le yoga et la méditation peuvent-ils aider les personnes eczémateuses?

« Je crois que le yoga et la méditation peuvent tous deux avoir une incidence positive sur l’eczéma. Les deux disciplines ont montré leur capacité à améliorer le sommeil, à diminuer les démangeaisons et à atténuer le stress et l’anxiété associés à l’eczéma. Avec le temps, ces améliorations sur la qualité de vie pourraient aider à réduire la gravité de l’eczéma. Quand ils commencent à pratiquer le yoga ou la méditation, le premier effet que mes patients constatent est l’amélioration de leur qualité de vie. »

Dispose-t-on de données scientifiques sur le sujet?

« Certains faits scientifiques justifient le rôle positif du yoga et de la méditation. Tout d’abord, au niveau élémentaire, les fibres nerveuses sont situées en grande partie profondément dans la peau, mais celles responsables des démangeaisons sont superficielles et se trouvent à la surface de la peau. Chez les patients eczémateux, le grattage constant sur une longue période peut endommager les fibres nerveuses. Ces nerfs endommagés deviennent hypersensibles et peuvent envoyer des messages de démangeaison à la colonne vertébrale et au cerveau, alors qu’ils ne le devraient pas. La personne y répond en se grattant la peau, ce qui transmet d’autres signaux de démangeaison et déclenche le cycle.

Nous savons aussi que la méditation aide l’unité centrale de traitement de l’information du cerveau. Des études menées par résonance magnétique ont montré que la méditation et la respiration consciente peuvent désactiver la région du cerveau qui est hyperstimulée en présence de démangeaisons et de grattage. Donc, bien que le rôle de la méditation n’ait pas été étudié précisément en lien avec l’eczéma, nous croyons que cette discipline, et le yoga, pourraient aider les patients qui éprouvent des démangeaisons engendrées par l’eczéma. La bonne nouvelle, c’est qu’il y a très peu de risques à intégrer le yoga et la méditation à notre routine de soins de l’eczéma. On croit qu’au fil du temps, la méditation peut aider à recalibrer le cerveau. La pratique régulière du yoga et de la méditation a montré sa capacité à diminuer les marqueurs de l’inflammation dans l’organisme, comme le cortisol et les interleukines (qui sont impliqués dans les poussées d’eczéma). »

Par où commencer?

« Les séances communautaires de méditation et de yoga peuvent être une bonne façon de commencer. Elles sont souvent offertes par des instructeurs formés, et rassemblent souvent plusieurs personnes qui pratiquent la discipline et peuvent offrir leur soutien. Le fait de s’inscrire à un cours est une forme d’engagement qui nous pousse à y aller et à participer.

Toutefois, certains patients ne sont pas à l’aise avec la formule de groupe. Il est alors possible de suivre un programme en ligne ou d’utiliser une application. Ces méthodes peuvent être un peu plus difficiles à utiliser au début étant donné qu’il n’y a personne pour nous orienter; il pourrait alors être plus difficile de persévérer. »

Avez-vous un conseil à donner aux patients qui décident d’entreprendre cette démarche?

« Les patients croient parfois qu’ils ne pratiquent pas le yoga ou la médiation correctement, alors qu’il n’y a pas de mauvaise façon de le faire! Tout le monde doit commencer quelque part, et toute forme de yoga ou de médiation est mieux que rien du tout. Un autre bienfait du yoga est qu’il s’agit d’un exercice doux, qui fait très peu transpirer. On sait que la transpiration peut déclencher une poussée d’eczéma chez de nombreux patients. Je mettrais toutefois en garde contre le yoga chaud, qui n’est pas recommandé pour les personnes eczémateuses! La chaleur et la transpiration associées à cette forme de yoga peuvent déclencher des poussées d’eczéma ou les aggraver.

Les patients peuvent rechercher des classes de yoga ou de médiation dans leur région à l’aide de Google. Ils peuvent aussi rechercher méditation compassionnelle ou méditation de la bienveillance et apprendre comment entreprendre leur démarche. Ils existent des applications comme “Headspace” et “Calm” (en anglais) qui ont rendu cette discipline populaire et accessible. »

La Dre Mamta Jhaveri est une dermatologue agréée à la Johns Hopkins University School of Medicine. Elle se spécialise dans le soin de la dermatite atopique, de la dermatite de contact et de l’urticaire chronique. Elle mène des travaux de recherche portant sur le rôle de la médecine intégrative en dermatologie, notamment le rôle de la méditation et des traitements à base de plantes médicinales.